Présentation du Carmel

Le prophète Elie
Dès le douzième siècle, des hommes vivent en ermites à la recherche de Dieu dans les grottes du Mont Carmel. Ils s’inspirent du prophète Élie qui, 800 ans avant le Christ, s’écrie : « Le Seigneur est vivant devant qui je me tiens ». Albert, patriarche de Jérusalem, leur donne une règle de vie vers 1209. Cette règle, constituée de quelques thèmes majeurs empruntés à la Bible, est centrée sur la prière comme moyen privilégié pour vivre dans la dépendance de Jésus Christ et le servir fidèlement d’un cœur pur. 

Sainte Thérèse d'Avila


Jeune femme brillante et aimée de ses proches, elle entre à l’âge de 20 ans au monastère de l’Incarnation d’Avila. Elle y prend le nom de Thérèse de Jésus et découvre dans la prière silencieuse (oraison) le lieu de l’amitié et de l’intimité avec le Christ.

Passionnément désireuse de partager son expérience et de la mettre au service de l’Église, elle s’engage dans la fondation de carmels réformés pour suivre de plus près le Christ dans la prière, la pauvreté et la simplicité d’une vie fraternelle.

Elle nous a laissé une œuvre écrite prodigieuse pour nous aider à marcher et à travailler au service de l’évangile, bonne nouvelle de l’amour de Dieu pour tous.

Pour en savoir plus : http://www.carmel.asso.fr/-Sa-Vie-son-message-.html

 

Saint Jean de la Croix


Saint Jean de la Croix
« La croix est le bâton destiné à nous servir d’appui, à nous faciliter la marche… » 
(La Montée du Carmel 2, 7, 7)

Tous ceux qui ont découvert Jean de la Croix, qui n’ont pas seulement lu quelques introductions mais ont persévéré dans l’étude, ont trouvé l’ami et le guide de leur vie.

" Au nom de son Époux, prenons l’âme altérée par la main, 
et répondons à sa question en lui montrant le lieu précis où il se cache, 
le lieu où elle le trouvera d’une manière certaine, 
et avec autant de perfection, de suavité, qu’il se peut en cette vie. "
 
[CSB 1, 6]


Pour en savoir plus : http://www.carmel.asso.fr/Vie-de-Jean-de-la-Croix.html

 

Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus

Thérèse à 15 ans

Il n’aura fallu que 24 ans à Thérèse Martin pour devenir « la plus grande sainte des temps modernes » (Pape Pie X). Elle franchit à l’âge de 15 ans de multiples obstacles pour entrer au Carmel où elle désire prouver son amour au Christ qui l’appelle à donner sa vie pour le monde.

Devenue Thérèse de l’Enfant Jésus, elle choisit de faire une confiance totale au Seigneur et de devenir de plus en plus petite pour s’abandonner à Lui. En 1896, elle découvre le sens profond de sa vocation : « Dans le cœur de l’Église, ma Mère, je serai l’amour » et elle s’offre de plus en plus pour soutenir l’effort des missionnaires.

Pour en savoir plus : http://www.carmel.asso.fr/-Ste-Therese-de-l-Enfant-Jesus-sa-vie-.html

 

Edith Stein, sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix

stein1

Philosophe et carmélite, Edith Stein vient au monde dans une famille juive le 12 octobre 1891. malgré une éducation marquée par le judaïsme, elle s’éloigne pendant un temps de toute croyance religieuse. Sa vive intelligence l’engage à rechercher la vérité et à mener une vie respectueuse de tous et de chacun.

Edith est l’une des rares femmes de son époque à fréquenter l’université. Élève de Husserl, ses travaux philosophique la rende attentive au phénomène religieux, et la question de la foi en Dieu s’impose progressivement à elle. En 1921, la lecture de l’autobiographie de Thérèse d’Avila la décide à entrer dans l’Église catholique. Unissant ses compétence philosophique à la lumière que lui donne la foi, Edith Stein se consacre pendant une dizaine d’années à l’enseignement. Son principal souci est de mettre en valeur une vision chrétienne de la personne humaine.

Pleinement lucide sur la signification de la montée du nazisme, elle entre au Carmel en 1933 et y prend le nom de Thérèse Bénédicte de la Croix. Elle poursuit son combat contre le mal qui se déchaîne dans le monde à un niveau de radicale profondeur : avec le Christ, sous le signe de la Croix.

Le 9 août 1942, Edith Stein meurt dans les chambres à gaz d’Auschwitz, à la fois victime de la Shoah et témoin du Christ.


Pour en savoir plus : http://www.carmel.asso.fr/-Edith-Stein-.html

Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

Élisabeth Catez est née dans une famille chrétienne et développe très vite un attrait pour la prière, avec le désir de devenir religieuse au sein du Carmel, où elle entre en 1901. Son nom d'« Élisabeth », qui signifie en hébreu « Maison de Dieu », devient le centre de sa spiritualité, ce que la doctrine chrétienne appelle l’habitation de Dieu. Élisabeth écrit alors la prière Ô mon Dieu, Trinité que j’adore, qui résume sa spiritualité. Elle découvre dans une épître de Paul sa vocation, considérant que sa vie consiste à être une « louange de gloire » à Dieu. Elle tombe malade, et dit percevoir dans la souffrance une possibilité de vivre plus proche de Dieu. Elle meurt à l'âge de 26 ans.

Pour en savoir plus : http://elisabeth-dijon.org/index.html