Université d'été 2016

Dieu seul est digne de la pensée d'un homme

Anthropologie de saint Jean de la Croix

du 17 au 23 juillet 2016

 

 

      Après Edith Stein et Thérèse d’Avila, la quatrième université d’été de notre Institut de spiritualité Jean de la Croix au monastère du Broussey a planché sur son saint patron qui a dit: « Une seule pensée de l’homme vaut plus que tout l’or au monde, c’est pourquoi Dieu seul en est digne » (Jean la Croix, Dichos 34). Dans un cadre à la fois fraternel et studieux, priant et détendu, en plein vignoble bordelais, nous nous sommes mis à l’écoute du Docteur Mystique et avons bu avec lui la liqueur de la Sagesse divine.

Vous pouvez désormais visionner les conférences :

1) fr. Jean-Fabrice du Christ-Roi o.c.d. :
"Introduction à l'anthropologie de saint Jean de la Croix"








 
2) Aude Suramy : "Jean de la Croix lu par Karol Wojtyla














3) fr. Jean-Gérard de la Croix Glorieuse o.c.d. : "Étude comparée entre contemplation chrétienne chez saint Jean de la Croix et contemplation hindouiste véhiculée par le yoga "

De nombreuses personnes, aujourd’hui, sont en quête de sens et de spiritualité et pensent trouver leur bonheur dans les traditions orientales, en s’exerçant à certaines pratiques telles que le yoga. Ces courants se développent depuis quelques décennies et doivent nous interpeler. Connaît-on, en effet, les conséquences de ces pratiques ? Ne risquent-elles pas d’introduire des erreurs théologiques majeures quand elles sont pratiquées par des chrétiens ? Quelles solutions pouvons-nous donc apporter à ces personnes, qui considèrent souvent le christianisme comme dépassé et incapable de répondre aux aspirations d’intériorité, et qui  cherchent à vivre une expérience contemplative dans le but d’étancher cette soif de paix et de trouver le divin. Cela suscite une question intéressante qui va porter sur la nature de la contemplation dans les deux courants spirituels.










4) Juliette Bordes : "Saint Jean de la Croix est-il un carme poète ou un poète carme?"

Dans cette communication, nous souhaitons aborder l'anthropologie sanjuaniste à partir de la création poétique de saint Jean de la Croix, enracinée dans sa vie d'âme. Pour cela, nous suivrons trois axes :
1) Le rapport de la grâce et de la nature dans cette figure carmélitaine
2 ) Le passage "a lo divino", sceau d'une anthropologie spirituelle
3 ) Le jeu entre les vertus théologales et les facultés naturelles, tel que certaines poésies du saint le révèlent.
Nous espérons ainsi montrer que saint Jean de la Croix est, essentiellement, un homme dont la nature humaine a été surélevée par l'oeuvre de l' Esprit Saint en lui ; l'anthropologie qui se dégage de son oeuvre est foncièrement pneumatologique ; en cela, il s'agit bien d'un carme poète.







4) fr. Jean-Emmanuel de Ena o.c.d. : "Une anthropo-théologie ou « l’Homme dépasse infiniment l’Homme »"

Jean de la Croix, tout en étant l’héritier des traditions augustinienne et thomiste, a l’avantage de parler d’expérience sur les relations complexes entre Dieu et l’être humain. Il en résulte une anthropologie où Dieu est le centre de l’âme, mais où Il s’y trouve caché. Aller chercher Dieu en soi pour s’unir à Lui dans l’Amour est un processus à la fois: de libération de tout ce qui l’entrave (appétits désordonnés, le sensible s’opposant au spirituel, etc.); d’humanisation permettant de se retrouver en Dieu (épanouissement des vertus humaines, etc.); et de divinisation par la participation à la vie même de Dieu grâce aux trois vertus théologales (foi, espérance, charité) greffées sur les puissances de l’âme (intelligence, volonté, mémoire). Peut-être que le néologisme « anthropothéologie » est le mieux à même de rendre compte de cet enseignement sanjuaniste?

Pour voir le schéma anthropologique, cliquez ici